Le Carême, un chemin qui en passant par la semaine sainte et la fête de Pâques, nous conduit jusqu’à la Pentecôte :

 

Avec le mercredi des cendres, la liturgie nous fait prendre conscience de ce que nous sommes, comme nous le dit la Bible au livre de la Genèse (chap.2…) :

« Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie et l’homme devint un être vivant… »

« Avec de la terre le Seigneur modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants et l’homme donna un nom à chacun… »

Nous sommes donc tous partie prenante de la nature. Et avec nos fragilités, nos limites Dieu continue son œuvre de création. Ce temps est donc favorable au renouvellement d’une prise de conscience de cette réalité et l’actualité nous y appelle également : mais aussi à retrouver sans cesse ces liens profond avec la nature et nous laisser récréer comme celle-ci sait si bien le faire. C’est un chemin de libération et d’épanouissement personnel qui nous est ainsi offert.

Pâques et Pentecôte nous donneront de renaître aujourd’hui de la vie même du Ressuscité par son Esprit.

Le temps du Carême est donc une invitation « à être présent à chaque réalité, aussi petite soit-elle pour nous ouvrir à plus de possibilités et d’épanouissement personnel. La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété et une capacité de jouir de peu…la sobriété qui est vécue avec liberté et de manière consciente est libératrice » ( Loué sois-tu -Pape François)